S'enregistrer

Votre mot de passe vous sera envoyé.

[clear]

Suite aux révélations des « Panama papers« , on découvrait en début de semaine les actions de la société Mossack Fonseca qui domiciliait ses clients et entreprises dans des paradis fiscaux offshore, tels que les îles Vierges britanniques, Nioué, les Emirats arabes unis, ou, sur place, au Panama.

Aujourd’hui, les noms continuent de tomber et de nombreuses personnalités africaines s’y trouvent pointées du doigt.

Jean-Claude N’Da Ametchi

Banquier ivoirien, anciennement directeur général [youtube]Insert video URL or ID here[/youtube]de la Versus Bank (banque d’État) et proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, N’Da Ametchi est soupçonné d’avoir aidé au financement du gouvernement de Gbagbo en 2010. Il prit d’ailleurs la tête de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Côte d’Ivoire (Bicici), qui sera fermée sur instruction de l’Union européenne. Il sera aujourd’hui épinglé par les « Panama papers » pour posséder des actifs et un compte par le biais d’une société offshore.

Mamadie Touré

La femme du président guinéen Lansana Conté figure elle aussi ans ces dossiers. Pourtant très peu portée sur le domaine minier, elle devient – en 2006 – la fondé de pouvoir de la société Matinda Partners and Co Ltd, fermée en 2010. Celle-ci est domiciliée aux Iles Vierges britanniques – bien connues pour être un paradis fiscal. Par le biais de montages financiers, son nom parvient presque à disparaître des documents.

Le diamantaire Beny Steinmetz Group Ressources (BSGR), qui a ouvert une filiale à Conakry, réussit à obtenir les droits de concession du plus grand gisement de fer inexploité au monde, Simandou. Son époux étant décédé, Mamadie Touré aurait perçu elle seule 5,3 millions de dollars pour cette transaction.

Beny Steinmetest

Diamantaire franco-israëlien dont la fortune est estimée entre 4 et 8 millions de dollars – fortune accumulée grâce aux affaires africaines réalisées grâce à des sociétés hébergées par des paradis fiscaux -, Beny Steinmetest ressort, au vu des « Panama Papers » comme l’ayant droit économique d’une société sise à Guernesey mais domiciliée aux Iles Vierges britanniques, Octea Ltd. Cette société se trouve être l’unique actionnaire de Koidu Ltd, qui exploite les mines de diamants à l’est de la Sierra Leone – pour le compte, notamment, de Tiffany & Co. Les journalistes à l’origine de ces découvertes ont mis en avant l’évaporation des revenus de la société entre les rentrées financières réalisées par l’exportation des diamants (de 2012 à 2015, 330 millions de dollars) et le montant présent sur le compte HSBC de l’entreprise (seulement 5401 dollars).

Beny Steinmetest avait d’ailleurs été accusé de corruption, par la justice américaine et suisse, pour ses affaires avec Mamadie Touré.

Aliko Dangote

Aliko Dangote, « homme le plus riche d’Afrique » (le magazine Forbes évalue sa fortune à 17 milliards de dollars, en 2016), est actionnaire de la société pétrolière Ovlas Trading SA enregistrée en 2003 par Mossack Fonseca aux îles Vierges britanniques. Dirigée par son neveu, Sayyu Dantata, cette société détient un capital d’un million de dollars. Il a également été actionnaire de Petrowest, société établie aux Seychelles.

L’homme a fait fortune dans les secteurs du ciment, du sucre et du blé.

John Bredenkamp

John Bredenkamp, proche du dictateur Robert Mugabe, a été accusé de vente d’armes à la République Démocratique du Congo, dans les années 2000 – ces transactions lui auraient permis d’acquérir des mines au Katanga, par intervention du président congolais. Il figure d’ailleurs depuis 2008 sur une liste noire, celle du département du Trésor américain.

Homme à la réputation sulfureuse, connu pour ces activités de commerce de tabac, du pétrole, du tourisme et du diamant, dont les investissements sont souvent qualifiés de douteux, John Bredenkamp est actionnaire de nombreuses sociétés. Dix-neuf d’entre elles ont été épinglés par pointées par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), bureau chargé de condamner les entreprises faisant commerce avec des pays placés sous embargo américain. Quatre ont été enregistrés par Mossack Fonseca (Timpani Export Ltd, Ridgepoint Overseas Developments Ltd, Tremalt Ltd, Breco International) et apparaissent dans les « Panama papers« .

A propos de l'auteur

Photo du profil de Manon Yzern

L'art. Le Féminisme. https://lesconsolantes.wordpress.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This
Aller à la barre d’outils