S'enregistrer

Votre mot de passe vous sera envoyé.

[clear]

La lutte contre le braconnage constitue l’une des tâches les plus ardues des 80 rangers du Parc de Yankari, au nord-est du Nigéria. Chargés de lutter contre les braconniers d’ivoire, les chasseurs, les bergers et les exploitants de sève d’acacia, ils se battent pour préserver les derniers éléphants (un peu plus de 300) qui y vivent encore en liberté.

Ces rangers subissent néanmoins la violence des braconniers et chasseurs et se retrouvent face à des fusils fabriqués tels des mousquets (pesant 5 kg et mesurant 1,50 mètre de long) et qui avaient été introduits dans le pays par les marchands d’esclaves, en échange d’hommes.

Le trafic illégal y est moins organisé qu’en Afrique du Sud. Cependant de nouvelles menaces pèsent sur le parc, comme celle de Boko Haram – qui s’est affilié à l’organisation Etat Islamique (EI) depuis l’année dernière

Suite à un affaiblissement du groupe islamiste dû à une offensive militaire, les islamistes auraient choisi de s’installer dans le parc comme cache en vue de préparer des attentats dans la région. Le choix de la forêt comme abri n’est pas nouveau. Depuis des années, les islamistes se sont installés dans la forêt de Sambisa, dans l’état de Borno.

La menace est plus que d’actualité. Récemment, l’un des responsables des rangers du parc de Yankari, Haladu Idi, a été prévenu par un ami policier, en poste à Maiduguri (fief de Boko Haram), que les islamistes ne prévoyaient pas seulement de rejoindre le parc mais qu’ils étaient déjà en route. Haladu Idi rapporte le coup de téléphone à l’AFP :  “Il m’a appelé et m’a dit de faire attention à eux (…) Il m’a dit que si on les voyait, il fallait les éliminer“.

La principale peur des rangers est que Boko Haram décide de se tourner vers le braconnage des derniers éléphants, pour financer sa sédition. L’Armée de résistance du Seigneur (LRA) en Ouganda ou la milice janjawid au Soudan ont déjà utilisé cette pratique pour leur propre compte.

Andrew Dunn, directeur de la Société pour la Conservation de la vie sauvage (WCS) au Nigeria s’est exprimé à ce sujet : “La protection des éléphants de Yankari est essentielle si on veut éviter que leur ivoire ne devienne une source de revenus pour Boko Haram“.

Malgré tout, Boko Haram demeure une menace lointaine et la principale préoccupation est la sauvegarde des éléphants dans son intégralité. Les actions des rangers sont néanmoins couronnées de succès, puisqu’en 2015, seules deux carcasses d’éléphants ont été découvertes, contre dix par an habituellement.

A propos de l'auteur

L’art. Le Féminisme.
https://lesconsolantes.wordpress.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.