S'enregistrer

Votre mot de passe vous sera envoyé.

la soirée caritative organisée par le footballeur Samuel Eto’o le 27 Octobre 2015 à Londres, autour du projet Yellow Whistle Blower, venant en aide aux réfugiés de Boko Haram, a remporté un franc succès. Retour sur une ambiance à deux tons. 

Okabol – Lundi 2 Novembre 2015


Avertissement:

Ceci est un journal de bord, dans lequel nous exprimons notre avis, opinions, humeurs sur les évènements auxquels nous avons l’occasion d’assister. Ici, pas de com’, juste notre œil de spectatrices. Nous ne sommes pas responsables de la perception et de la sensibilité de chacun : comme le disait un grand humoriste : “On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui”. Notre humour n’engageant que nous, alors, bonne lecture !
A & É


Vous êtes cordialement invitée…

« Une vente aux enchères s’est tenue en faveur de l’association deSamuel Eto’o, Yellow Whistle Blower mardi dernier, à Londres. Le lieu : somptueux et prestigieux, se prêtait parfaitement à l’événement. Aprèsle lancement de la présentation du projet « Yellow Whistle Blower » à Paris, où Samuel Eto’o avait d’ailleurs fait une apparition éclair,  j’avais eu une vague idée du concept de cette association, pour être honnête je ne comprenais pas vraiment la démarche et je n’ai malheureusement pas été la seule. » E.

YWBFC_JDB_INVITE
« La dernière soirée autour de cette association, nous avait laissé un peu sur notre faim, mais il aurait été très impoli de notre part de ne pas répondre à cette invitation. Après tout, tout le monde a le droit à une revanche, de plus l’invitation est « cordiale » donc pourquoi pas.              Le plus dur a été de trouver une tenue. Je ne sais pas si vous savez mais dénicher un styliste afro dans un laps de temps aussi court (10 jours) relève du miracle. Honnêtement, Paris, capitale de la mode, manque cruellement de stylistes afro qui créent des robes de soirées. Cependant, après des heures et des jours de recherches intenses, j’ai pu trouver la perle rare. Une magnifique robe noire décolletée sur le côté, pas trop vulgaire et même plutôt habillée, signée Sakina Msa, qui s’inscrit complètement dans mes goûts vestimentaires. Ma compère, elle, optera pour une longue robe noire Kenzo, tout en suggestion, de chez Elsscollection. » A.

YWBFC_JDB_HABIT

Effectivement, nous sommes à Londres…

« Après des heures et des heures de voyages, incluant l’avion, le train, le taxi, arrivée enfin à l’hôtel. Pour les inconditionnels d’escapades londoniennes, je vous conseille vivement l’hôtel Grand Paddington Court, personnel accueillant, chambre propre et rangée, que l’on s’est rapidement empressé de dénaturer. La raison ? Eh bien… Nous étions déjà très en retard et avons dû se doucher, se préparer, se maquiller en moins d’une heure (ce qui peut paraître assez ridicule pour la gente masculine) !1h30 plus tard, nous arrivons enfin à destination, The Claridge Hotel. Là, on sent quand même que la barre est placé loin dans le ciel :
« – Miss P…, Miss E…, Table 15 « , on se croirait dans un de ces films de princesse d’un soir. Traverser la moitié de la salle pour rejoindre notre table fut une épreuve pour ma part, comme par hasard, il fallait que ça se fasse pendant un discours sur les réfugiés de Boko Haram et les réussites de l’association Yellow Whistle Blower. Avançons seulement têtes baissées… » A.

« A peine entrées dans la grande salle de réception de l’Hôtel Claridgenous pouvions voir que toutes les personnes présentes s’étaient mises sur leurs 31. Costumes et nœuds papillons pour messieurs et magnifiques robes joliment designées pour mesdames.
Arrivées après la séance de networking, à cause du retard du vol en provenance de Paris, nous avons silencieusement regagnés notre table portant le numéro 15.» E.

YWBFC_JDB_HOTEL

« En regardant autour de moi, personnalités musicales, sportives, et des journalistes, le tout trié sur le volet. A vu d’œil et en effectuant une simple multiplication, j’en arrive à la conclusion que nous devons être un peu moins de 150 personnes. A la table qui se situe à droite de la nôtre, j’aperçois Maitre Gims, même pour un gala de charité le monsieur s’accroche à ses lunettes et son style « streetwear », passons…Loin derrière, j’entrevois la petite bouille d’ange du chanteur nigérianDavido.»  A.

YWBFC_JDB_AYDEN_DAVIDO
L’animatrice tv Ayden et le chanteur Davido

«Après un rapide tour de table j’ai vite compris que celle-ci était dédiée aux médias / journalistes. En effet nous y avons retrouvé un journaliste de la chaine canal +, à l’allure d’un joueur de football, prêt à tout pour pouvoir dénicher une interview de Samuel Eto’o : « c’est pour l’Afrique Samuel «  s’exclamait-il, quand celui-ci lui a rétorqué « je ne fais pas d’interview pour le foot », comme ça c’est fait. En face de moi se trouvait un directeur de magazine qui me répétait sans cesse « il faut sourire  mademoiselle« , nul besoin de me justifier.                                                            Se trouvaient également à cette table un ancien joueur de foot, Louis Saha, et deux autres journalistes, Ian pour le Telegraph et une autre personne dont le nom m’échappe. » E.

YWBFC_JDB_table

Ignorance et gastronomie étrange

« A notre table, que des hommes, et à vrai dire je ne reconnais personne, mais alors vraiment personne. Je prends donc l’initiative de proposer un tour de table, à la façon « alcoolique anonyme » : Ian, à notre gauche est journaliste pour le Telegraph, le second jeune homme n’a pas spécialement retenu mon attention. Le troisième au physique plutôt sympathique, Louis Saha, se présente comme ancien sportif. Pause. La honte ne nous avait pas encore envahis, mais j’ai senti (pas de sa part) que l’on faisait preuve d’une ignorance extrême en ne connaissant pas l’identité de ce monsieur. Eh bien l’erreur est humaine, je vous laisse chercher pour ceux qui feraient parti de la même secte inculte que nous …

Les deux autres hommes de notre table quant à eux, avaient beaucoup d’assurance et semblait se connaître. Un a particulièrement marqué mon esprit « – Moi, j’habite à Londres et je suis journaliste Canal Plus, pas consultant hein ! De plus je suis marié « . D’accord.

Parlons bouffe : je ne m’attendais pas spécialement à manger du ndolé ou du poisson braisé, mais la gastronomie anglaise m’a laissé un peu perplexe.
Entrée : deux boules de chèvre, avec de la poire et des pommes de terre
Plat : de la glace
Plat (bis) : de la viande (très bien cuite pour le coup) des champignons et des pommes de terre
Dessert : alors,… Il y avait trois choux rempli de crème, et d’autres … choses… que je ne saurais qualifier. » A.

YWBFC_JDB_menu

« On ne va pas se mentir, cet évènement était réservé à une certaine élite c’est-à-dire des gens avec un compte en banque bien garni qui par ce biais pouvaient, du moins c’était le but, aider des dizaines de milliers de réfugiés de Boko Haram au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun. Ce que j’ai retenu c’est que les plus riches ne sont pas forcément les plus généreux. A bon entendeur. » E.

Socialiser et selfies, tu feras

« Une fois la vente aux enchères terminée je me suis munie de mon appareil photo/caméra et de mon iPhone 6. La soirée pouvait enfin commencer.
J’ai eu l’occasion d’approcher de près Maître Gims qui a d’ailleurs retenu mon attention, non pas pour sa popularité mais plus par sa façon d’être. En effet, il s’est peut-être montré généreux, par le don effectué pour gagner un tête à tête avec le chanteur Davido (dont les échos de la soirée ne lui font pas d’éloges), garder ses lunettes durant des interviews, de soleil de surcroît, dans ce type d’événements, really ? Bon d’accord cela fait partie de son personnage mais quand même. » E.

« Les personnalités déambulent dans la salle et Samuel Eto’o se doit de satisfaire le plus grand nombre. Après tout c’est pour lui qu’ils sont venus voir et il le sait bien ; serrage de mains, selfies, interviews, l’homme est sur tous les fronts. Le seul « selfies-celebrités » que j’ai pu prendre est celui avec le footballeur camerounais Benoit Assou Ekotto, et même là, j’ai mis du temps avant de le reconnaître (par contre il aurait pu lui aussi faire un effort pour la tenue vestimentaire) » A.

Manu Dibango
Manu Dibango

« A quelques minutes d’intervalle, alors que j’étais retournée dans la salle principale, j’aperçois au loin une foule de journalistes s’entassant dans le hall autour d’un vieux monsieur. M’empressant de voir de qui il s’agissait de plus près c’est en me faufilant que je reconnu Manu Dibango, le saxophoniste et chanteur camerounais, une figure des plus prestigieuses du jazz et du continent africain. Son discours fut à la hauteur de sa réputation tout comme sa générosité. En effet il a mis aux enchères son saxophone qui fut acheté en un temps record.

Quant à lui, Samuel Eto’o a voulu pour cette soirée se montrer très disponible. On le voyait courir un peu partout jonglant entre le hall d’hôtel où se tenait la majorité des interviews, et la salle de réception. A mon grand regret je n’ai pas pu obtenir de selfie  avec le « grand Eto’o » pouvant illustrer cet article mais j’ai eu l’occasion d’obtenir un message personnel de lui pour le fils d’un des journalistes présents au gala :  » la magie de tout dans la vie c’est le travail« . E.
Affichage de unnamed.jpg en cours...Affichage de unnamed.jpg en cours...
« Plus tard, je fis la connaissance, de Georgette, La seule et unique MADAME ETO’O ! Je ne sais pas bien à quoi je m’attendais, mais j’ai été agréablement surprise de la simplicité de cette femme. Une classe d’enfer, un sourire maternelle et un calme olympien on suffit pour me faire succomber au charme de cette personne (et croyez-le ou non ce n’est pas évident)

.2343a7fe-1e20-4b08-8c8c-fd3c91c3a037

En parlant de charme, on m’introduit également à un ancien joueur de l’OM, qui a également joué en Angleterre, Habib Beye. Oui, bon, pour rester dans la continuité de notre ignorance je lui posais de nombreuses questions, quitte à être un peu intrusive, je l’avoue. Devenu consultant à CanalPlus (c’est un choix de carrière incontournable apparemment), Monsieur Beye répond simplement à mes questions et avec humilité, et très sincèrement, ça fait du bien un peu de simplicité!

YWBFC_JDB_BEYE

Socialiser, implique aussi danser. Bien heureusement j’avais pratiqué mes pas avant de venir ; un petit « Coller la petite » et « Sapé comme jamais » où j’entraîne les petites filles du clan Eto’o, je pense que ma « socialisation » touche à sa fin. Sur la piste Céline Fotso de Je Wanda Magazine pourrait gagner haut la main la compétition, j’aperçois également le chanteur Axel Tony, qui dans sa façon de danser, me rappelle les tontons du pays (allez savoir pourquoi…). On ne va pas se mentir, la soirée dansante a peiné à décoller, j’ai à peine vu les artistes se produire sur la « scène » du Claridge Hotel » A.

Céline Fotso et Maitre Gims
Céline Fotso et Maitre Gims

« Aujourd’hui on peut nettement dire que l’association a su se rattraper et montrer quels étaient ses valeurs et ses objectifs. Abats les a priori, M.Eto’o, malgré un passif tumultueux, a comme on dit, le cœur sur la main. Un immense bravo à tous ceux qui ont contribué à la mise en scène de ce superbe gala, sans oublier l’animateur de la vente aux enchères qui s’est révélé être un assez bon comique. » E.

« Samuel Eto’o a regagné ses appartements avant la fin des festivités, de façon assez discrète, personne ne l’a vu partir. La foule disparait petit à petit et je sens la fatigue qui s’installe chez tout le monde. Les Cendrillons doivent bientôt se transformer en citrouilles, je garde de belles images dans ma tête. Merci pour l’invitation, merci pour ce moment. » A.


Ce qu’on a aimé :

La soirée dans sa globalité était une réussite
Madame Eto’o (on comprend pourquoi)
Madame Gim’s. Nous n’en avons pas vraiment parlé mais elle était également présente avec son amie, qui toutes deux avaient leur côté bonnes copines, assez touchant également. Belle rencontre.

Madame Gims avec son amie
Madame Gims avec son amie

Le vin. Une spéciale dédicace au serveur qui était chargé de tous nous saouler.
La cause. Venir en aide aux réfugiés de Boko Haram, c’est très honorable, surtout de la part d’une personnalité comme Samuel Eto’o, qui a quand même l’air assez investi.

Ce qui nous a déplu :
La nourriture
La soirée dansante, peu dansante
L’impertinence de certains

par AE & EP

A propos de l'auteur

Photo du profil de Andrea Etonde

"Storytelleuse" en tous genres.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This
Aller à la barre d’outils